05 novembre 2009

L'urine pourrait remplacer 37% de l’azote et 20% du phosphore importés en Suisse comme engrais !

Un couplage d’électrodialyse et d’ozonation est actuellement utilisé par les Services industriels du canton de Bâle-Campagne afin de traiter les urines collectées dans la Bibliothèque cantonale de Liestal. L'entreprise bâloise Novaquatis a testé différents procédés de traitement et de transformation des urines, l’idéal étant un procédé permettant à la fois un recyclage des nutriments par la production d’engrais et une élimination des micropolluants.La précipitation au magnésium permet ainsi de récupérer 98% du phosphore. Le produit de cristallisation, la struvite ou MgNH4PO4, est un fertilisant de grande valeur ne renfermant ni résidus pharmaceutiques ni substances hormonales. La nanofiltration et l’électrodialyse peuvent également être utilisées pour séparer les nutriments des polluants éventuels. L’engrais produit dans le cadre de ce projet pilote accompagné par l’Eawag a été testé en 2006 sur le maïs d’ensilage par l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL) et a fait preuve d’une efficacité équivalente aux engrais chimiques et bien meilleure que les purins et les engrais organiques du commerce. Les nutriments contenus dans les urines humaines pourraient remplacer en Suisse au moins 37% de l’azote et 20% du phosphore livrés par les engrais chimiques importés! La technologie NoMix est accueillie favorablement par la population suisse. Entre 70 % et 80% des personnes interrogées estiment que la séparation des urines est une bonne idée et 80% d’entre elles seraient disposées à emménager dans un logement équipé de toilettes NoMix. Les utilisateurs et utilisatrices des toilettes NoMix se sont montrés prêts à adapter leur comportement au nouveau système. La gent masculine est en effet contrainte de s’asseoir pour uriner afin que la collecte séparatrice fonctionne. Les utilisateurs insistent cependant sur le fait que les besoins d’entretien et de nettoyage doivent être du même ordre de grandeur que pour les toilettes traditionnelles. Cette condition n’est pas encore remplie dans les modèles existants. Les trois quarts des personnes interrogées se déclarent prêtes à acheter et à consommer des légumes produits à l’aide d’un engrais à base d’urine. De leur côté, 57% des agriculteurs interrogés se déclarent favorables à ce nouveau type d’engrais. Les WC NoMix fonctionnent selon un principe très simple: ce qui est reçu dans la partie arrière de la cuvette est évacué comme auparavant vers les égouts par un système de chasse d’eau. Dans la partie avant de la cuvette, les urines sont interceptées et dirigées avec un minimum d’eau de rinçage vers un réservoir de stockage intermédiaire. Vidéo (en anglais ou allemand) sur la page http://www.novaquatis.eawag.ch/tool/nomix121e/nomix.html. Autres détails sur la page http://www.novaquatis.eawag.ch/tool/nomix121e/nomix.html

La revue française Science et Vie, à la page 34 de son numéro de novembre 2009, précise que "l'urine booste les plants de tomate. Arrosez vos pieds de tomate avec de l'urine, naturellement riche en potassium, phosphore et azote, et passez-vous des engrais minéraux classiques. Surenda Pradhan (université de Kuopio, Finlande), estime ainsi que l'urine d'un homme pendant un an pourrait fertiliser 6 300 pieds de tomates et produire 2,41 tonnes de fruits, sans risque de contamination microbienne ni altération du goût."

18:44 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.