26 novembre 2009

Bougies auriculaires "Hopi" = arnaque !

Ce texte a paru dans la Tribune de Genève du jeudi 26 novembre, soit 1 mois après son envoi (le 24 octobre) et après 2 renvois du texte + 1 appel téléphonique de ma part à la Tribune de Genève. Celle-ci semble malheureusement préférer les états d'âmes personnels sur le CEVA et les politiciens locaux, plutôt que les rectifications et informations vraiment utiles et documentées.

Lire la suite

12:59 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

05 novembre 2009

L'urine pourrait remplacer 37% de l’azote et 20% du phosphore importés en Suisse comme engrais !

Un couplage d’électrodialyse et d’ozonation est actuellement utilisé par les Services industriels du canton de Bâle-Campagne afin de traiter les urines collectées dans la Bibliothèque cantonale de Liestal. L'entreprise bâloise Novaquatis a testé différents procédés de traitement et de transformation des urines, l’idéal étant un procédé permettant à la fois un recyclage des nutriments par la production d’engrais et une élimination des micropolluants.La précipitation au magnésium permet ainsi de récupérer 98% du phosphore. Le produit de cristallisation, la struvite ou MgNH4PO4, est un fertilisant de grande valeur ne renfermant ni résidus pharmaceutiques ni substances hormonales. La nanofiltration et l’électrodialyse peuvent également être utilisées pour séparer les nutriments des polluants éventuels. L’engrais produit dans le cadre de ce projet pilote accompagné par l’Eawag a été testé en 2006 sur le maïs d’ensilage par l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL) et a fait preuve d’une efficacité équivalente aux engrais chimiques et bien meilleure que les purins et les engrais organiques du commerce. Les nutriments contenus dans les urines humaines pourraient remplacer en Suisse au moins 37% de l’azote et 20% du phosphore livrés par les engrais chimiques importés! La technologie NoMix est accueillie favorablement par la population suisse. Entre 70 % et 80% des personnes interrogées estiment que la séparation des urines est une bonne idée et 80% d’entre elles seraient disposées à emménager dans un logement équipé de toilettes NoMix. Les utilisateurs et utilisatrices des toilettes NoMix se sont montrés prêts à adapter leur comportement au nouveau système. La gent masculine est en effet contrainte de s’asseoir pour uriner afin que la collecte séparatrice fonctionne. Les utilisateurs insistent cependant sur le fait que les besoins d’entretien et de nettoyage doivent être du même ordre de grandeur que pour les toilettes traditionnelles. Cette condition n’est pas encore remplie dans les modèles existants. Les trois quarts des personnes interrogées se déclarent prêtes à acheter et à consommer des légumes produits à l’aide d’un engrais à base d’urine. De leur côté, 57% des agriculteurs interrogés se déclarent favorables à ce nouveau type d’engrais. Les WC NoMix fonctionnent selon un principe très simple: ce qui est reçu dans la partie arrière de la cuvette est évacué comme auparavant vers les égouts par un système de chasse d’eau. Dans la partie avant de la cuvette, les urines sont interceptées et dirigées avec un minimum d’eau de rinçage vers un réservoir de stockage intermédiaire. Vidéo (en anglais ou allemand) sur la page http://www.novaquatis.eawag.ch/tool/nomix121e/nomix.html. Autres détails sur la page http://www.novaquatis.eawag.ch/tool/nomix121e/nomix.html

La revue française Science et Vie, à la page 34 de son numéro de novembre 2009, précise que "l'urine booste les plants de tomate. Arrosez vos pieds de tomate avec de l'urine, naturellement riche en potassium, phosphore et azote, et passez-vous des engrais minéraux classiques. Surenda Pradhan (université de Kuopio, Finlande), estime ainsi que l'urine d'un homme pendant un an pourrait fertiliser 6 300 pieds de tomates et produire 2,41 tonnes de fruits, sans risque de contamination microbienne ni altération du goût."

18:44 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

02 novembre 2009

La Suisse subventionne la Malbouffe et la Pollution!

 

(contrairement aux doutes d'Etienne Dumont dans la TG du 30/9/09)

L'Etat subventionne la Malbouffe et la Pollution!

(reprise de la page http://dbloud.free.fr/OFSP.htm)

OFSP.jpg

L’Office fédéral de la Santé publique (OFSP) préconise un régime comportant 23,2 % de viande-œufs-lait et 43,5 % de fruits-légumes. Logiquement, les subventions versées aux agriculteurs par l’Office fédéral de l’Agriculture (OFAG) devraient suivre les mêmes proportions, mais c’est tout le contraire : 80,6 % des aides vont aux producteurs de viande-œufs-lait (3,5 fois plus que la norme OFSP) et seulement 1,9 % aux fruits et légumes (23 fois moins)! Nous devrions manger 27,2 % de céréales-patates, mais les producteurs ne reçoivent que 3,8 % (7 fois moins). Notre consommation de sucre et d’alcool devrait être limitée à 1,1 %, mais ce secteur reçoit 7,6 % des subventions (7 fois plus)! Cette situation est médicalement aberrante mais aussi dangereuse pour l’environnement quand on sait que l’agriculture pollue plus que les transports. Selon le WWF-Allemagne, une seule vache produit annuellement autant de gaz carbonique qu’une voiture parcourant 18 000 km à raison de 130 g/km. La même voiture devra parcourir 24 000 km/an afin de polluer autant qu’une vache si l’on ajoute au CO2 les oxydes d’azote (NO2) et le méthane. Si les Allemands consommaient seulement 1 kg de viande de moins par an, cela représenterait une économie en CH4 et NO2 équivalente à la pollution de 700 000 voitures parcourant 10 000 km/an ou à celle d’un avion contenant 100 passagers et faisant 1 500 fois le tour de l’équateur ! Mais ce petit effort diététique ne représenterait que 1,5 % des émissions de l’agriculture de ce pays !

(d'après Vegi-Info 4/07) (voir aussi le Guide des Facteurs d'Emissions).

carteclimatique.jpg

La revue Science et Vie de décembre 2008 précise, à la page 74, ceci: "La part de l'agriculture –qui comprend les rejets de méthane du bétail- est de 13,5 %, derrière le secteur énergétique (25,9 %), l'industrie (19,4 %), le secteur forestier (17,4 %) mais devant les transports (13,1 %). La quantité des gaz à effet de serre que les activités humaines libèrent chaque année dans l'atmosphère est de 49 milliards de tonnes équivalent CO2."

Contradiction confédérale incompréhensible

proviande.jpg

Alors que l'0ffice fédéral de la santé publique (OFSP) vient de publier un rapport favorable au végétarisme, la Confédération verse (grâce à nos impôts) 10 millions de francs par an au lobby des bouchers "Proviande", dont le budget de propagande anti-animaux et anti-santé est ainsi couvert à 68 % par les contribuables, même végétariens! Cette contradiction est d'autant moins compréhensible qu'une récente étude de la F.A.O. démontre que la production de viande est beaucoup plus polluante pour notre planète que tous les moyens de transport réunis!

La lecture de cette page est à compléter par celle que j'ai composée sous le titre "Biocarburants, énergies et réchauffement climatique : encore 500 ans de ressources énergétiques devant nous!".

Denis Bloud (Denis Bloud)


15:44 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent