12 octobre 2011

Les Dettes ne sont pas en Argent !

(Introduction de la page http://dbloud.free.fr/monnaie.htm)

Une réflexion macro-économique est nécessaire afin de comprendre l’impasse du système financier actuel : conformément à l’article 123 du Traité de Lisbonne, les Etats signataires sont obligés d’emprunter sur les marchés privés car ils ont l’interdiction absolue de créer leur propre monnaie nationale et donc d’exercer leurs fonctions régaliennes traditionnelles. L’ouverture de crédits par les banques privées est une création de monnaie scripturale (ex-nihilo), instituant donc des dettes purement comptables. Ces emprunts appellent toutefois un double remboursement en monnaie réelle (capital+intérêt), créant ainsi une spirale de paupérisation car la monnaie correspondant à l’intérêt exponentiel n’a pas été créée.

Il y a confusion entre l’argent réel et l’argent qui n’est que virtuel car constitué de crédits. Il s’agit de 2 masses monétaires différentes mais les dogmes anciens décrètent qu’il faut leur appliquer les mêmes règles : remboursement avec intérêts ! L’écriture des 51,8 millions d’euros « prêtés » par la Suisse au Togo a été simplement effacée (TG4-5/6/2011) de même que celle des 101 millions d’euros « prêtés » par la France au même pays : personne n’a été lésé car ces crédits ont été consommés comme de simples tickets de métro à jeter après usage. Et pourtant Sarközy s'est farouchement opposé, au G8, à toute idée d'une restructuration de la dette de la Grèce: "si la restructuration signifie qu'un pays ne rembourse pas ses dettes, c'est non ! " s'est exclamé l'Elyséen qui visiblement se sent plus solidaire des Togolais que des Grecs : jusqu’où ira ce sadomasochisme financier ?

Ces écritures remplacent les injections de monnaie par planche à billet régalienne et peuvent donc être retirées des bilans (effacement) sans inconvénient (comme un timbre-poste oblitéré après avoir rempli sa fonction d’acheminement). Le taux de fonds propres des banques « prêteuses » est largement inférieur à celui des Etats emprunteurs, dont les fonds propres se mesurent à leurs inestimables actifs nationaux. Le seul prix Nobel d’Economie français (1988), Maurice Allais, avait parfaitement compris l’origine de ce blocage puisque, dans l’édition du 20 octobre 1988 du journal « Le Monde », il écrivait ceci : « Il n’y a pas de différence aujourd’hui entre le métier de banquier et celui de faux-monnayeur. »

(Introduction de la page http://dbloud.free.fr/monnaie.htm)

09:43 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

15 septembre 2011

Extraterrestres annoncés par la NASA

Réaction tardive d’Helveticus à un article paru dans la Tribune de Genève le 19 août 2011

AttaqueTerre.JPG
ArticleNasa.JPG
Commentaire d'Helveticus à ce propos :
SaccageTerre.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire tardif d’Helveticu :

 

16:50 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

22 août 2011

Chalets plus beaux qu'avant en Appenzell

Nul besoin de modifier la loi de 1972 sur l’aménagement du territoire : les paysans appenzellois comme Thomas Benz (TG du 22/8/2011, p. 4) pourraient -après avoir dûment déclaré la cessation totale de leur activité agricole- détruire et reconstruire leur ferme tout à fait légalement, puis se déclarer paysagistes ou horticulteurs bénévoles, leurs vaches pouvant alors être assimilées à de simples tondeuses à gazon en tant qu’outillage professionnel.

15:56 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

17 août 2011

Eoliennes horizontales

Les éoliennes font du bruit, tuent les chauves-souris et déparent le paysage (TG du 7/5/2010) : c’est exact, mais il s’agit seulement des modèles à rotation verticale sur mât. Pourquoi passer sous silence les éoliennes à rotation horizontale, sans mât, emboîtées à cheval sur la toiture des maisons et ne présentant aucun des trois inconvénients précédents tout en offrant un rendement supérieur de 17,6 % à celui des éoliennes classiques de mêmes proportions ?Trois bâtiments publics ont ainsi été équipés de micro-éoliennes par la Communauté Urbaine de Dunkerque en août 2010, assurant 20 % de leur consommation électrique. Un autre avantage de cette solution décentralisée est que son autonomie pallie les risques de panne inhérents aux grands réseaux maillés actuels.

Eoliennes.jpg

La Tribune de Genève du vendredi 7 mai 2010 a publié en page 7 un intéressant article intitulé « Un vent de fronde souffle sur les éoliennes en Suisse » soulevant le problème de l’installation de telles génératrices dans un environnement à urbanisation de forte densité. Une solution pourrait consister à faire appel à un nouveau type d’éoliennes, sans mât vertical mais à rotation horizontale, comme le système alsacien Aeolta décrit ci-dessous, dont le rendement est 17,6 % supérieur à celui d’une éolienne verticale de mêmes proportions. Un tel système pourrait par ailleurs être associé au système de production d’eau potable (conforme aux trois paramètres de la bioélectronique) proposé par la firme Eole-Water. Etant retraité d’une organisation internationale, ma démarche est purement bénévole et désintéressée.

modular.jpgwind tunnel.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

17:03 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

11 juin 2011

Concombres et Colibacilles

Concombres et Colibacilles : métissage de bactéries humaines et animales

La Tribune de Genève du vendredi 3 juin (p. 7) proposait l'hypothèse suivante: "Il ne s'agirait pas d'une simple mutation de l'E. coli entérohémorragique O104:H4 (Ehec), particulièrement agressive et rare, détectée en 2001 chez deux malades à Cologne, mais d'un "croisement de deux bactéries" dont la résistance aux antibiotiques a été décuplée." Et dans son numéro du vendredi 10 juin (p.6), ce quotidien suisse confirme qu’« il s’agit d’un croisement de souches originales. L’une des deux serait quasi-identique à une bactérie de type « Eaec » détectée en Centrafrique, qui niche dans le système digestif humain. »

La souche des colibacilles Eaec est en effet celle de la « tourista » bien connue des migrants et autres touristes plus ou moins permanents. La Tribune de Genève précise donc que cette souche Eaec « se serait accouplée avec la bactérie Ehec et serait ainsi coupable du syndrome entérohémorragique (SHU) qui paralyse le système rénal, s’attaque aux systèmes digestif et cérébral du malade. (…) L’université de Münster conforte cette thèse en affirmant que l’E.coli Ehec SHU 41 n’a jamais été localisée dans les systèmes digestifs animaux. Ce serait donc le défaut d’hygiène sur les lieux de travail et d’empaquetage des légumes qui serait la principale cause de l’épidémie. »

Il s’agit maintenant de trouver l’origine de chacune des 2 souches qui se sont appariées lors de ce métissage entre bactéries humaines et animales. Si en effet la bactérie Eaec est typiquement humaine, la bactérie Ehec se développe dans les intestins d’animaux. Il ne suffit donc pas d’éradiquer la première sans s’interroger sur l’origine de la seconde, ce qui à l’évidence met aussi en cause l’élevage industriel et ses purins utilisés comme engrais.

A propos de « La crise du concombre » (Tribune de Genève, 1-2 juin, p. 11), il faut remarquer qu’en Allemagne et alentours, on a la bizarre habitude de couper les concombres crus en rondelles sans les éplucher, ce qui à mon avis en dénature le goût et n’est pas hygiénique.  Par ailleurs, la souche tueuse O104 :H4, « qui sévit dans le nord de l’Allemagne » est sans doute un sérotype mutant de la souche O157 :H7 de ce colibacille qui, le 11 août 2001 dans le Wisconsin, a tué le petit Kevin Kowalcyk (32 mois) qui avait mangé de la viande hachée grillée au barbecue, comme William Reymond le raconte dans son livre « Toxic » (Flammarion).

En décembre 1981, après avoir mangé dans le McDonald’s de White City (Oregon), 40 Américains ont été contaminés par O157 :H7. En 2006, on a trouvé O157 :H7 dans des épinards crus ; puis dans des poivrons verts de la chaîne Taco Bell. Aux Etats-Unis, cette souche est depuis longtemps un danger public car elle contamine 73 000 personnes et en tue 61 en moyenne chaque année (Toxic, p. 248). William Reymond explique que ces colibacilles sont favorisés par « la soupe hautement acide » due à la fermentation du maïs dans le petit intestin des bovins, dont « le système digestif n’est en rien conçu pour une alimentation à base de maïs ».

NOTE - Une thèse conspirationniste circule actuellement (dont il existe une traduction française approximative) selon laquelle cette bactérie tueuse aurait été produite délibérément afin d'apeurer et d'affaiblir les populations en les incitant à rejeter les aliments végétaux et à se rabattre sur les aliments industriels. La preuve invoquée est que cette bactérie, « qui résiste à 8 antibiotiques existants, ne peut s’être développée naturellement et qu’elle ne peut donc provenir que d'un laboratoire ».

A mon avis cependant, les mutations et résistances de la souche O104:H4 peuvent très bien s'être produites semi-artificiellement, au fur et à mesure que ces huit antibiotiques (ainsi que bien d’autres en fait) ont été administrés à des êtres humains et à des animaux sans autre intention cachée que de faire du profit par les classiques méthodes d'élevage industriel si bien décrites dans le livre de William Reymond, « Toxic ».

Cette hypothèse me paraît en tout cas plus vraisemblable car elle tient compte de l'extraordinaire flexibilité génétique des bactéries, dont les variations morphologiques soulèvent le conflit fondamental entre la thèse du monomorphisme (théorie du physicien-chimiste Louis Pasteur, toujours enseignée car tenue pour parole d'évangile) ou du pléomorphisme bactérien (thèse du professeur Antoine Béchamp). L'adaptation des micro-organismes à leur environnement ou substrat explique leur variabilité selon le terrain biologique, ce qui a fait dire à Béchamp la fameuse maxime: "Le microbe n'est rien, le terrain est tout"!

En revanche, je tiens à rappeler que notre organisme est tout à fait apte à éliminer de lui-même ces bactéries si nous lui permettons de normaliser notre flore intestinale, laquelle devrait être majoritairement constituée de lactobacilles, dans un intestin légèrement acide (et non pas alcalin, ce qui favoriserait les bactéries de décomposition). Les bacilles utiles se trouvent par exemple dans les aliments lacto-fermentés (yaourts, choucroute crue et autres cornichons), sans parler des vertus antibiotiques de l’ail et de l’oignon, pour ne citer que ces aliments de base.

(à suivre)

DB

18:19 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

06 mai 2011

L'ADN n'est pas "Rien" !

Permettez-moi d’exprimer mon étonnement à la lecture de cette ineptie dans la Tribune de Genève du 6 mai (p.27) : « En tant que tel, l’ADN n’est rien », alors que c’est le programme qui permet la construction de notre organisme ! Un des généticiens qui ont été interrogés indique par ailleurs qu’un test de parenté coûte 1 200 francs, ce qui est exagéré car pour 239 francs on peut commander sur la page http://www.igenea.com/?aff=25400 un test d’analyse de nos origines génétiques lointaines. C’est ainsi que j’ai appris que ma lignée paternelle portait le code « R1b1b2a1b4c » qui correspond statistiquement au groupe des Celtes alpins, héroïques fondateurs de la Suisse.

19:57 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

04 décembre 2010

Maria Poumier demande à être incarcérée

De même qu'autrefois, dans l'Empire de Chine, les mandarins avaient le devoir de s'opposer parfois à l'Empereur malgré les représailles (le premier était décapité, le second mutilé, le troisième emprisonné et le quatrième était généralement épargné et suivi), une intellectuelle française ose s'opposer à la loi-muselière Gayssot (= article 261bis du Code Pénal Suisse) en suscitant un débat judiciaire. Il me paraît étrange et significatif que les Rectificationnistes historiques soient presque tous des universitaires de haut niveau, contrairement à ceux qui imposent les lois-muselières afin d'éviter tout remise à plat objective, procédé primaire qui est considéré par Simone Weil comme "un retour en arrière de quatre siècles". DB

Lire la suite

18:59 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

20 novembre 2010

Les "dettes" souveraines sont virtuelles!

Les "dettes" souveraines, comme celle de l'Irlande ou d'autres pays sont purement virtuelles car il ne s'agit pas de monnaie réelle mais de simples écritures de crédit (monnaie scripturale), créées ex-nihilo, représentant environ 93 % de la masse monétaire en circulation en Suisse et dans les autres pays européens. Le seul prix Nobel d'Economie français (1988), feu Maurice Allais, a toujours dénoncé cette imposture et cette confusion. Il a par exemple écrit ceci (référence à consulter sur la page http://dbloud.free.fr/monnaie.htm) : "Fondamentalement, il n'existe pas de différence entre le métier de banquier et celui de faux-monnayeur". Peut-on être plus clair ? Le Traité de Lisbonne (comme les traités européens précédents) interdit formellement aux Etats de créer leur propre monnaie, alors que ce serait leur devoir élémentaire (droit régalien). Il les oblige à emprunter à des structures privées (banques) des crédits qu'ils pourraient (et même devraient) ouvrir eux-mêmes (comme l'avaient fait autrefois Lincoln et Kennedy) en gageant ces ouvertures sur le Trésor public. Tant que cette imposture fondamentale (déjà comprise par la Chine en fait) n'aura pas été exposée au grand jour, les "crises" continueront à détruire nos pays.

12:46 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

02 novembre 2010

Pistes cyclables ou piétonnables?

Compte tenu du fait que les cycloterroristes genevois s'arrogent le droit de circuler aussi bien sur les trottoirs que sur les voies de circulation, une solution à la fois simple et économique pourrait consister à remplacer les pistes cyclables existantes par des pistes réservées aux piétons ("piétonnables"). Afin d'empêcher les "cycloristes" d'emprunter également ces passages réservés, je suggère que la peinture jaune délimitant les pistes piétonnables soit mélangée à de petites pointes d'acier capables de perforer les pneus des contrevenants, réalisant ainsi une surveillance aussi efficace qu'automatique et économique. Denis Bloud

16:43 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

L'Huile de Palme rouge est la Meilleure!

Proposition de lettre de lecteur (sans réponse de la TG à ce jour):

Monsieur le Rédacteur,

L’article intitulé « Comment éviter l’huile de palme ? » (TG du 29/10 p.15) ne concerne que l’huile raffinée (industrielle) alors que l’analyse de l’huile de palme non raffinée (et non chauffée), produite artisanalement par de petites tribus en Guinée, est la suivante : acides gras saturés : 50 % (dont palmitine 44 % et autres acides saturés 6 %) ; Oméga-9 (mono-insaturés): 39 % ; Oméga-6 (poly-insaturés) : 10,5 % ; Oméga-3 (poly-insaturés) : 0,3 % ; Vitamine E (d-tocophérol) : 105 mg/100g soit 954 % de la dose journalière recommandée (laquelle correspond donc à seulement 0,91 g de cette huile), ce qui en fait l’huile la plus riche en vitamine E et en provitamine A (β-carotènes = 20,1 mg/100g). Son mélange à raison de 3 parts pour 1 part d’huile de noix et 1 part d’huile de soja la rend plus fluide et rétablit un équilibre parfait entre acides gras saturés, mono-insaturés et poly-insaturés, comme cela est indubitablement démontré sur la page http://dbloud.free.fr/cholesterol.htm. En cuisson, le point de fumée de l’huile de palme rouge est à 240 °C, donc plus élevé et plus sain que celui des huiles d’olive et d’arachide couramment utilisées pour les fritures. Comme le dit la sagesse populaire, il faut s’abstenir de «jeter le bébé avec l’eau du bain », de sorte qu’une « remise de l’église au milieu du village » à ce sujet serait sans doute utile à tous les consommateurs.

Bien sincèrement,

Denis Bloud (abonné)

16:31 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

11 septembre 2010

Les races sont remplacées par les haplogroupes génétiques

A propos du "gène juif" mentionné par Thilo Sarrazin (TG du 11/9/10 p. 5), il me paraît intéressant de consulter la page http://www.igenea.com/index.php?content=40&adwords=go... qui explique la nature de ce gène et propose d'en déterminer l'existence par un test de salive. Le résultat sera évidemment une interprétation statistique de la fréquence des mêmes séquences génétiques (haplogroupe paternel et haplogroupe maternel) dans différentes populations. De mon côté paternel par exemple, l'haplogroupe "Blou(d,x,t)" est R1b1b2a1b4c /U152+L2+, séquence qui correspond statistiquement aux Celtes alpins (Burgondie puis Isère) tandis que l'haplogroupe maternel de mon épouse est T2, correspondant aux Germains-Slaves (Bulgarie puis Ariège). Pourquoi ne pas donner ainsi des bases objectives au faux débat sur le "racisme" et à ses lois-muselières, génératrices de délits d'opinion en plein XXIe siècle? Comme l'enseignait Socrate autrefois: "Ne crois rien de ce qu'une loi te prescrit de croire" !

genejuif.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sarrazin2.jpg

16:14 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

20 juin 2010

Solution technique au bourdonnement des vuvuzuelas

Les vuvuzelas n’appartiennent pas au répertoire culturel zoulou, n’ont rien d’ancestrales, ne trouvent pas leur racines dans la musique ethnique et ne dérivent pas des cornes de koudou. Ce type de trompette de plastique est utilisé dans les stades mexicains depuis les années 70. Au départ fabriquées en étain, les vuvuzelas sont devenues populaires dans les années 90 en Afrique du Sud. Fausse tradition ou pas, la priorité doit de toute façon être donnée aux invités.

Afin d'affaiblir efficacement et discrètement le bourdonnement des vuvuzelas sans les interdire ni les censurer, je suggère que l'on emploie la technique d'insonorisation consistant à renvoyer en opposition de phase, dans tous les azimuts et par des haut-parleurs puissants, le son venant des tribunes de façon à l'annuler sur le terrain (joueurs, caméras, etc.). Une telle compensation acoustique serait facilement réglable de façon à ne pas isoler totalement les joueurs du public, comme si la FIFA embouchait aussi sa propre antivuvuzela.

Exemple d'un casque anti-bruit Sony utilisant la technique de compensation acoustique (comme les annuleurs d'écho téléphonique) : http://www.01net.com/editorial/501237/casques-antibruit-la-high-tech-au-service-du-silence/

Denis Bloud

 

07:48 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

10 mai 2010

Les banques privées interdisent aux Etats de créer leur monnaie!

Les banques privées interdisent aux Etats de s'autofinancer sans elles ! Les Etats ne peuvent créer que 7 % (monnaie centrale ou fiduciaire) de la monnaie en circulation. 93 % de la monnaie est de la monnaie bancaire ou scripturale, qui est de la monnaie de singe car créée par simples écritures (ouvertures de crédit) sans création de la monnaie correspondant aux intérêts à recevoir. Le prix Nobel 1988 d'économie, Maurice Allais, qualifiait ainsi les banques de "faux-monnayeurs". C'est là le fond du problème (avec l'utilisation du dollar américain à la fois comme monnaie de réserve et monnaie nationale, ce qui est aberrant mais explique le faible rapport dette/PIB de ce pays). Suite sur http://dbloud.free.fr/monnaie.htm avec toutes les références nécessaires. C'est qu'il faut changer quelque chose!

autofinance.jpg
(source: revue Nexus 68, mai-juin 2010, p. 37)

09:14 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

17 avril 2010

Pédophilie ou pédérastie ?

Il est étonnant que le cardinal Bertone ait parlé d’un lien entre homosexualité et pédophilie. S’il s’était souvenu de ses études de grec ancien, il aurait en effet utilisé le terme de « pédérastie » qui signifie "érotisme avec des enfants" et dont le sens originel s’est historiquement élargi jusqu’à être remplacé par le terme plus neutre d’homosexualité. Le terme « pédophilie » est lui-même incorrectement utilisé car il implique étymologiquement une pure affection pour les enfants. Le verbe « phileïn » a en effet un sens différent du verbe « erao » : l’amour d’un philanthrope, d’un philatéliste ou d’un francophile n’est pas d’ordre sexuel, contrairement à celui d’un pédéraste ou d’un érotomane. Tous ceux qui aiment les enfants, comme leurs parents, sont des "pédophiles" au sens strict du mot. Le respect des hommes passe par celui du vocabulaire !

 

19:42 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

30 mars 2010

TNT ouverte ou fermée à Genève?

La TG du 16 mars annonçait l’excellente nouvelle que « les Genevois connectés au téléréseau peuvent accéder depuis hier à une base de chaînes numériques gratuite et non cryptée. » L’on doit malheureusement constater que si la ville de Genève bénéficie de ce progrès technique, ce n’est pas encore le cas des autres communes du canton ! Tout se passe comme si celles-ci craignaient de déplaire à leur associé Cablecom, qui veut imposer son modèle économique rétrograde. Le signal ouvert et normalisé de la TNT (DVB-T) diffusé à Genève par câble permet en effet d’exploiter les tuneurs numériques intégrés dans les téléviseurs du commerce ou dans des graveurs comme le Panasonic BW850 sans devoir faire appel à un décodeur spécial, coûteux et compliquant l’installation. En tant que fonctionnaire international retraité d’une organisation technique, je me demande sérieusement s’il ne faut pas finalement abandonner un téléréseau aussi anarchique et passer au satellite ou à la prochaine réception hertzienne des chaînes françaises dont la HD est gratuite, contrairement à celle de Naxoo.

Denis Bloud

09:48 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

29 janvier 2010

Citoyens de sang ou de papier?

Identité nationale, métissage, fascisme, karma de 1789...

Le grand débat sur l’identité nationale a été lancé par le franco-libanais Eric Besson, qui affirme ceci : «la France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion ; c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage. » rejoignant ainsi la déclaration du président Sarkozy : « Je suis un homme de sang mêlé à la tête d’une nation métissée », ce qui est confirmé par le philosophe Bernard-Henri Lévy : « J’aime le métissage et je déteste le nationalisme ». Chaque jour de l’année, plus de mille étrangers SDF entrent en France (dont seulement 5 % avec un contrat de travail) en croisant à la frontière un ISF (impôt sur la fortune) qui sort définitivement du pays. Tout se passe comme si le plan prévu par le franc-maçon austro-japonais Coudenhoven-Kalergi (1894-1972) était ainsi délibérément mis en application : « Nous nous efforcerons d’obtenir dans le futur une Europe orientalisée par un métissage euro-asiatique négroïde. Cette future race métissée sera en apparence semblable à la race de l’ancienne Egypte. Les chefs en seront les Juifs en tant que nouvelle noblesse, grâce à leur esprit communautaire. » Serait-ce le karma de la révolution de 1789?

Vidéos explicatives : La vraie France est morte en 1789 Identité nationale française : démo- ou des-mots-cratie ? La France existe-t-elle ? L’autoprotection est-elle fasciste ?

Textes sur http://dbloud.free.fr/fasci.htm et http://dbloud.free.fr/democratie.htm

19:04 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

04 décembre 2009

Otages suisses, minarets, virus H1N1, mur de Berlin, etc.

Otages suisses, virus H1N1, minarets, mur de Berlin, débat sur l'identité nationale et islamisation rampante ont un dénominateur commun: l'immunocompétence naturelle qui permet de rejeter -par anticorps interposés- les éléments étrangers pouvant menacer l'intégrité d'une entité définie telle qu'une nation, une région, une culture, une famille, un individu. Faut-il pour autant amalgamer l'autodéfense à la haine ? Avant de prêter aussi facilement un tel sentiment, il convient de se demander s'il ne s'agit pas tout simplement d'un réflexe naturel d'autoprotection, qui ne fait appel à aucun état d'âme particulier, de même qu'un logiciel antivirus élimine systématiquement les éléments pouvant présenter un danger pour la bonne santé de notre ordinateur. Dans un récent éditorial, une rédactrice de la Tribune de Genève affirmait que les démocraties seraient mises en danger par le "réflexe sécuritaire et autoritaire" consistant à élever des barrières telles que les murs de Berlin ou de Palestine. La surprotection peut en effet devenir pathologique lorsqu'elle aboutit à une maladie auto-immune par laquelle les anticorps s'attaquent -mus par une "haine" irraisonnée et passionnelle- à un ennemi intérieur imaginaire (p. ex. "les fascistes" dans l'esprit étroit de l'ancienne RDA ou de la gauche bien-pensante actuelle), détruisant ainsi peu à peu l'organisme qu'ils étaient chargés de protéger. Avons-nous la haine du monde entier lorsque nous fermons à clé la porte de notre logement ou de notre voiture ? Cette sentimentalisation forcenée de tout ce qui évoque la sécurité et l'autorité s'explique à mon avis par un amalgame subconscient et pathologique qui crée spontanément le monstre protection=imperméabilisation=sécurité=autorité=nazisme=haine. Cet épouvantail à moineaux véritablement obsessionnel est automatiquement dressé par la gauche angélique face à toute tentative de rejet, d'exclusion d'un élément étranger pouvant paraître menaçant ou inquiétant, le corollaire logique étant que le monde entier est gentil, que nous sommes tous égaux ou semblables, et qu'il faut donc accueillir chez soi tous ceux qui souhaitent y venir, en particulier tout le tiers monde. Ce faisant, on oublie que le métissage finit par diluer toutes les différences et donc par tuer la diversité. Le grand compotier mondialiste est un des vieux rêves maçonniques: la chute d'un mur ou d'une frontière semble relever d'un immense amour de l'humanité et d'une joie libératoire de toutes les contraintes alors qu'une analyse plus approfondie montre que cette illusion reste au niveau des comptines d'enfants mettant au feu livres et maîtres d'école dans une grande sarabande... Conservons et protégeons -par tous les moyens possibles- notre patrie, notre fratrie, notre groupe d'ascendance génétique, notre organisme, en un mot notre identité, qu'elle soit personnelle, culturelle, régionale ou nationale. Et que l'ancienne Inquisition ne soit pas un jour remplacée par une Charia européenne à cause du Syndrome d'Immunodéficience Acquise de la pensée unique actuelle: un tel sida est déjà bien avancé aujourd'hui dans les esprits de ceux qui -par masochisme suicidaire- n'osent plus se défendre et ne comprennent plus ceux qui le font.

Vidéo dans laquelle Khadafi explique que l'Europe des Dhimmis sera bientôt soumise à l'Islam.

 

 

15:39 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

Pétition adressée à M. Fillon à l'occasion de la Grève de la Viande pendant la Conférence de Copenhague

L’élevage émet davantage de gaz à effets de serre que tous les transports réunis (références).

Pourtant, le rôle majeur de la surconsommation de viande est systématiquement ignoré. Des solutions simples existent, mais vont à l'encontre d'intérêts économiques. Face à l’inertie des pouvoirs publics, des citoyens, des personnalités et des organisations se mobilisent.

Pendant la Conférence de Copenhague sur le Climat de la Terre,

Fabrice Nicolino, Pierre Rabhi, Allain Bougrain Dubourg,
Jean-Marie Pelt, Corinne Lepage, Jean-Paul Jaud, Sandrine Bélier
Jean-Paul Besset, Jean-Claude Pierre et Franck Laval

sont en grève de la viande pour briser le silence !

Ils exigent dès aujourd'hui une reconnaissance de l'impact de la viande sur l'environnement, la sous-alimentation humaine et la souffrance animale. Ils réclament un moratoire sur l’élevage intensif et des mesures énergiques pour faire baisser la consommation de produits d'origine animale. Ils appellent l'ensemble des citoyens à les rejoindre dans ces revendications : soyons acteurs de notre société ! Merci de bien vouloir signer la pétition internationale adressée au Premier ministre français, M. Fillon !

15:31 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

26 novembre 2009

Bougies auriculaires "Hopi" = arnaque !

Ce texte a paru dans la Tribune de Genève du jeudi 26 novembre, soit 1 mois après son envoi (le 24 octobre) et après 2 renvois du texte + 1 appel téléphonique de ma part à la Tribune de Genève. Celle-ci semble malheureusement préférer les états d'âmes personnels sur le CEVA et les politiciens locaux, plutôt que les rectifications et informations vraiment utiles et documentées.

Lire la suite

12:59 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent

05 novembre 2009

L'urine pourrait remplacer 37% de l’azote et 20% du phosphore importés en Suisse comme engrais !

Un couplage d’électrodialyse et d’ozonation est actuellement utilisé par les Services industriels du canton de Bâle-Campagne afin de traiter les urines collectées dans la Bibliothèque cantonale de Liestal. L'entreprise bâloise Novaquatis a testé différents procédés de traitement et de transformation des urines, l’idéal étant un procédé permettant à la fois un recyclage des nutriments par la production d’engrais et une élimination des micropolluants.La précipitation au magnésium permet ainsi de récupérer 98% du phosphore. Le produit de cristallisation, la struvite ou MgNH4PO4, est un fertilisant de grande valeur ne renfermant ni résidus pharmaceutiques ni substances hormonales. La nanofiltration et l’électrodialyse peuvent également être utilisées pour séparer les nutriments des polluants éventuels. L’engrais produit dans le cadre de ce projet pilote accompagné par l’Eawag a été testé en 2006 sur le maïs d’ensilage par l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL) et a fait preuve d’une efficacité équivalente aux engrais chimiques et bien meilleure que les purins et les engrais organiques du commerce. Les nutriments contenus dans les urines humaines pourraient remplacer en Suisse au moins 37% de l’azote et 20% du phosphore livrés par les engrais chimiques importés! La technologie NoMix est accueillie favorablement par la population suisse. Entre 70 % et 80% des personnes interrogées estiment que la séparation des urines est une bonne idée et 80% d’entre elles seraient disposées à emménager dans un logement équipé de toilettes NoMix. Les utilisateurs et utilisatrices des toilettes NoMix se sont montrés prêts à adapter leur comportement au nouveau système. La gent masculine est en effet contrainte de s’asseoir pour uriner afin que la collecte séparatrice fonctionne. Les utilisateurs insistent cependant sur le fait que les besoins d’entretien et de nettoyage doivent être du même ordre de grandeur que pour les toilettes traditionnelles. Cette condition n’est pas encore remplie dans les modèles existants. Les trois quarts des personnes interrogées se déclarent prêtes à acheter et à consommer des légumes produits à l’aide d’un engrais à base d’urine. De leur côté, 57% des agriculteurs interrogés se déclarent favorables à ce nouveau type d’engrais. Les WC NoMix fonctionnent selon un principe très simple: ce qui est reçu dans la partie arrière de la cuvette est évacué comme auparavant vers les égouts par un système de chasse d’eau. Dans la partie avant de la cuvette, les urines sont interceptées et dirigées avec un minimum d’eau de rinçage vers un réservoir de stockage intermédiaire. Vidéo (en anglais ou allemand) sur la page http://www.novaquatis.eawag.ch/tool/nomix121e/nomix.html. Autres détails sur la page http://www.novaquatis.eawag.ch/tool/nomix121e/nomix.html

La revue française Science et Vie, à la page 34 de son numéro de novembre 2009, précise que "l'urine booste les plants de tomate. Arrosez vos pieds de tomate avec de l'urine, naturellement riche en potassium, phosphore et azote, et passez-vous des engrais minéraux classiques. Surenda Pradhan (université de Kuopio, Finlande), estime ainsi que l'urine d'un homme pendant un an pourrait fertiliser 6 300 pieds de tomates et produire 2,41 tonnes de fruits, sans risque de contamination microbienne ni altération du goût."

18:44 Écrit par Denis Bloud | Lien permanent